La Cellulite, mieux la comprendre pour mieux la combattre (partie 1)

de | mar 20 juin 2017

Mais de quoi parlons nous ?

La cellulite est un problème de peau largement répandu chez la femme mais aussi chez les hommes. Pas de panique, il existe autant de traitements et de solutions anti cellulite que de type de cellulite.

La cellulite est un phénomène physiologique complètement naturel. Des cellules graisseuses, les adipocytes sont stockées dans la couche profonde de la peau (l’hypoderme), s’hypertrophient et la déforme. La peau n’est plus lisse et prend un aspect « peau d’orange ».

Pour comprendre la cellulite, il convient de comprendre comment fonctionne le stockage et le déstockage des graisses contenues dans notre corps. L’hypoderme contient le tissu adipeux qui est la réserve énergétique de notre corps. Ce tissu est constitué de cellules graisseuses appelées adipocytes, enfermées dans des lobules eux mêmes séparés par de fines cloisons fibreuses irriguées par de nombreux capillaires sanguins.

Pour fonctionner, notre organisme emmagasine les graisses dans ce tissu adipeux, grâce au processus de lipogenèse (stockage des graisses). Elle peut prendre deux formes :

  • l’hypertrophie adipocytaire : les cellules graisseuses grossissent,
  • l’hyperplasie : les cellules graisseuses se multiplient.

Puis notre organisme les transforme en énergie grâce au processus de lipolyse (déstockage des graisses). La lipolyse peut se faire de deux manières :

  • Les cellules graisseuses se vident et donc se réduisent (mais elles sont toujours là, enfermées…)
  • Les cellules graisseuses sont détruites.

Le phénomène de la cellulite résulte d’un déséquilibre entre les deux processus décrits ci dessus : la lipogenèse et la lipolyse.

La cellulite résulte de la saturation en graisse des cellules, des phénomènes de rétention d’eau et de fibrose. Depuis toujours nous avons définis des catégories de cellulite, mais elles sont toutes pluri factorielles et nous devons comprendre que ces trois causes sont toujours présentes quelle que soit la forme de cellulite, mais dans des proportions différentes.

Excès de graisse, rétention d’eau, fibrose cutanée ?

Lorsque la quantité de graisse est trop importante à stocker, les adipocytes saturés en graisse se multiplient et s’amassent en déformant les lobules graisseux qui bloquent la circulation des graisses et des toxines, créant ainsi une inflammation. La structure de la peau se modifie, devient plus lisse, bosselée, elle prend alors l’aspect « peau d’orange ». c’est le cas de la cellulite adipeuse.

La rétention d’eau favorise la formation de cellulite. L’eau s’infiltre dans les cellules graisseuses compactées et n’est plus drainée et gonfle les cellules. La rétention d’eau peut être liée à une mauvaise circulation veineuse ou lymphatique, on parle alors de cellulite aqueuse.

Dans ces deux cas, au fil du temps, les fibres de collagène qui entourent les adipocytes se rigidifient et emprisonnent les cellules graisseuses qui se rigidifient et sont alors très difficiles à déloger, phénomène décrit comme cellulite fibreuse.

La cellulite infectieuse est un terme médical désignant une inflammation sévère de la peau qui se colore en rouge à certains endroits. La peau est plus lisse, gonflée, colorée, chaude. Cette infection bactérienne n’a rien à voir avec les cellulites aqueuses ou adipeuses. Elle est une maladie qui doit être traitée médicalement.

Les différentes localisations de la cellulite :

La formation de la cellulite est étroitement liée aux hormones sexuelles : les oestrogènes chez la femme et la testostérone chez les hommes. La localisation varie en fonction du sexe du sujet ou encore en fonction de son type morphologique.

Chez la femme la cellulite est de type gynoïde, sa localisation est principalement au niveau du bas du corps :

  • Aux fesses et aux hanches (culotte de cheval)
  • Aux cuisses et aux genoux (face interne), plus rarement aux chevilles.

Chez l’homme la cellulite est de type androïde et se retrouve essentiellement sur le haut du corps :

  • Sur le ventre : bouée, poignets d’amour
  • Sur le cou et les épaules
  • Sure les hanches dans les formes sévères.

Nous définirons les personnes atteintes de cellulites en fonction de leur type morphologique Androïde ou Gynoïde, plus que homme ou femme. En effet grand nombre de celles ci ont des jambes superbes, bien dessinées, toniques mais une bouée sur le ventre et des bras volumineux et cellulitiques, leur type morphologique ne sera donc pas gynoïde mais Androïde.

Lors du traitement de ces différentes personnes nous en tiendrons compte, bien entendu, mais pas seulement, d’autres caractéristiques seront prises en compte. Nous en parlerons dans un autre numéro.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *